Le journalisme citoyen, les données et la guerre

Deux textes intéressants sur la chose ce matin. D’abord celui de Maxime Johnson qui parle de l’utilisation que font des analystes parfois amateur des données disponibles grâce aux technologies et aux risques que ça entraîne.

Dans une publication sur Twitter, John Scott-Railton, chercheur du laboratoire Citizen Lab de l’Université de Toronto, a d’ailleurs invité les entreprises et applications mobiles qui récoltent des données de géolocalisation de leurs utilisateurs en Ukraine à désactiver ces fonctionnalités, pour empêcher que Moscou s’en serve — le Kremlin pourrait ainsi découvrir l’emplacement de regroupements de militaires, par exemple.

L’utilité des renseignements de source ouverte pour la Russie expliquerait peut-être pourquoi l’armée russe ne semble pas viser l’infrastructure Internet ukrainienne pour l’instant. Couper l’Internet en Ukraine sans la collaboration des opérateurs serait difficile, mais pas impossible, si ça devenait une priorité pour l’armée russe. 

Il en est question aussi dans l’infolettre des Décrypteurs:

Dans une enfilade sur Twitter, Alexis Rapin, chercheur en résidence à l’Observatoire des conflits multidimensionnels de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM, a recensé ce qu’il qualifie de micromythologie qui se développe actuellement sur les réseaux sociaux au sein de groupes pro-ukrainiens.

En entrevue avec Radio-Canada, il explique que plusieurs observateurs s’attendaient à ce que la Russie coupe l’accès à Internet en Ukraine pour mieux contrôler l’information entourant l’invasion. Or, les Ukrainiens y ont toujours accès. L’hypothèse est que la Russie, sûre de gagner rapidement la guerre, voulait que des images de ses victoires circulent pour mieux décourager la résistance.

L’effet contraire a plutôt eu lieu : l’Occident peut témoigner en temps réel des revers russes, et les Ukrainiens ont en quelque sorte réussi à contrôler le discours narratif sur le web.

Vous pouvez aussi lire mon billet dans l’Actualité sur les gens qui s’improvisent experts.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Flux Le Sportnographe

  • Martin St-Louis, libre
    J’veux pas qu’ils jouent pis ah, faut je plaire à mon coach. Non, faut tu jouzes libre.
  • Michel Bergeron, qui a des principes
    Écoute bien, on dit souvent: ce qui se passe dans le vestiaire demeure dans le vestiaire. Mais quand t’es pu dans le vestiaire, tu peux revenir en arrière.
  • Gilbert Delorme, à propos de Tom Brady
    Moi Brady, Brady y’avait été mon prix citron j’pense quand il avait engueulé ses linemen, parce que justement si t’as pas de ligne offensive, t’as pas d’attaque, ils te protègent pas. Pis tsé tu peux pas dans l’fond… chier sur la main, je sais pas comment dire ça, sur la main qui te nourrit.
  • Martin St-Louis, à propos de Nick Suzuki
    Tsé, Nick, joue, y’a beaucoup d’échec dans sa game. C’est pas, y joue pas aux dames. C’est des joueurs intelligents mais y’a beaucoup d’échecs dans leurs décisions pis leurs games.
  • Martin St-Louis, à propos du désavantage numérique
    C’est difficile un peu pour notre avantage numérique, pis ça donne des grosses minutes aux gars qui tusent. C’est difficile.

Infolettre

Flux Le Sportnographe

  • Martin St-Louis, libre
    J’veux pas qu’ils jouent pis ah, faut je plaire à mon coach. Non, faut tu jouzes libre.
  • Michel Bergeron, qui a des principes
    Écoute bien, on dit souvent: ce qui se passe dans le vestiaire demeure dans le vestiaire. Mais quand t’es pu dans le vestiaire, tu peux revenir en arrière.
  • Gilbert Delorme, à propos de Tom Brady
    Moi Brady, Brady y’avait été mon prix citron j’pense quand il avait engueulé ses linemen, parce que justement si t’as pas de ligne offensive, t’as pas d’attaque, ils te protègent pas. Pis tsé tu peux pas dans l’fond… chier sur la main, je sais pas comment dire ça, sur la main qui te nourrit.
  • Martin St-Louis, à propos de Nick Suzuki
    Tsé, Nick, joue, y’a beaucoup d’échec dans sa game. C’est pas, y joue pas aux dames. C’est des joueurs intelligents mais y’a beaucoup d’échecs dans leurs décisions pis leurs games.
  • Martin St-Louis, à propos du désavantage numérique
    C’est difficile un peu pour notre avantage numérique, pis ça donne des grosses minutes aux gars qui tusent. C’est difficile.

Flux Le club des mal cités

  • Jérôme Blanchet-Gravel, à propos des régimes carcéraux chinois et canadiens
    Toute notre brochette de chroniqueurs ultra-sanitaristes, comment ils vont se démerder avec le cas chinois? Ils vont dire: ah c’est pas pareil! La Chine c’est pire, on peut pas comparer. Mais y’a quand même des fois des parallèles, désolé, mais là on parle de gens qui se lèvent contre la politique du confinement. […] Donc […]
  • Maxime Bernier, à propos de la répression en Chine et au Canada
    On a vu Trudeau défendre les manifestants en Chine contre les mesures COVID, qui veulent regagner leur plus de liberté. Donc deux poids, deux mesures encore une fois, on fait la promotion de la démocratie et des droits individuels à l’extérieur du pays, mais ici au Canada, on fait le contraire, M. Trudeau bafoue ces […]
  • Maxime Bernier, qui voit dans le jeu de Justin Trudeau
    Moi je pense que ce que fait Trudeau, c’est effectivement désarmer à moyens termes les Canadiens et qu’il y aurait juste la police qui aurait le droit d’être armée en bout de ligne. Et si on va jusque là, ben c’est ce qui se passe dans les pays totalitaires.
  • Olivier Lemieux, qui y est presque
    Alors vous voyez la une en kiosque demain. Alors il parait aux côtés des maires de Granby, de Sherbrooke, aussi de Laval, alors entre autres, Catherine fout rien. Fournier pardon.
  • François Legault, qui a une définition flexible du consensus
    J’étais content de voir le débat évoluer sur le tunnel Québec-Lévis. Il me semble, je sens un certain consensus, au moins pour les deux voies sur quatre pour le transport en commun. Je sens un consensus, on avance, on avance.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.