brûlot

AVERTISSEMENT: nous sommes des cons du futur


AVERTISSEMENT: cette chronique pourrait contenir des opinions que vous pensez que c’est vrai, mais non, et vice versa. Nous préférons vous en avertir.

Je n’ai pas le choix de vous faire cet avertissement guynantelesque, parce que les gens sont rendus trop niaiseux pour comprendre.

Trop caves.

Innocents!

Épais!

Abrutis!

La cage aux folles et C.R.A.Z.Y. ont tous deux été diffusés à la télévision avec un message d’avertissement prévenant les spectateurs que les « représentations culturelles » contenues dans le film peuvent choquer dans le contexte actuel.

Et vous savez quoi? Je suis d’accord avec ça. Je viens de le dire: Les gens sont trop niaiseux pour mettre les choses en contexte, faut ben les avertir.

En fait, on le fait déjà! On nous le dit avant les films violents qu’ils sont violents pis avant les films de tout nus qu’il y a des tout nus dedans.

Alors pourquoi pas dans les films qui dénigrent des minorités? Ça aussi c’est de la violence. Pas besoin de tuer 172 personnes comme John Wick pour être considéré comme violent.

On s’émeut même pu de ça. Oui, je l’ai dit: « s’émeut ».

C’est rendu banal, la violence au cinéma. Ça n’affecte plus personne. Tout le monde le sait que ce n’est pas la vraie vie. Que tout le monde fait semblant sauf Tom Cruise qui se pitche en bas des hélicoptères !

Mais le racisme, le sexisme, l’homophobie, ça c’est la vraie vie de ben du monde. Mais on monte aux barricades pour réclamer le droit de les faire souffrir encore plus. De les écraser. De les piétiner. De rouler dessus avec un 18 roues qui transporte des blocs de béton.

D’ailleurs, on avertit déjà les gens quand il y a des risques de crises d’épilepsie. Les gens épileptiques, ils veulent le savoir que c’est mieux de ne pas regarder l’heure JMP avec ses lumières qui flashent. Moi aussi j’aurais aimé le savoir d’ailleurs, que c’était mieux de ne pas regarder l’heure JMP.

« Avertissement: vous allez vouloir ravoir ces 60 minutes de votre vie ».

C’est parce que tu ne peux pas y dire à un petit épileptique: « eille le petit épileptique, prend su toi ». C’est juste des p’tites convulsions ! Non. Mais tu ne peux pas dire non plus à quelqu’un qui a été ostracisé toute sa vie: eille, passe à autre chose dude.

Il n’a pas de contrôle sur son choc post-traumatique.

“C’est encore le gouvernemaman qui veut protéger les petits flocons enfants rois wokes.”

Mais qu’est-ce qu’il y a de mal à être bienveillant? C’est rendu louche être gentil? C’est rendu louche
être attentionné? C’est rendu louche donner des p’tits becs dans le cou?

Oui, il faut en mettre des avertissemamans. Parce que c’est regardé par des téléspectatas!

Bien sûr qu’on devrait s’en douter que dans ce film de 1978, les gens pensent comme en 1978. Si le film n’est pas en 4k, faut pas s’attendre à ce qu’ils utilisent le pronom « iel ». Mais ce n’est pas tout le monde qui est vif d’esprit comme moi qui peut deviner ça.

Oui, je veux le savoir si C.R.A.Z.Y. va me faire vivre des émotions. J’haïs ça, les émotions!

Et Marc-André Grondin avec des cheveux, ça déclenche chez moi des pulsions gênantes, inavouables! Je ne veux pas vivre ça devant mon épouse!

J’en conviens, des fois les avertissements sont mal cadrés. Moi j’ajouterais d’autres sortes d’avertissements.

Par exemple, on a maintenant des avertissements avant des épisodes de La Petite vie mais moi, j’aurais préféré des avertissements avant tous les projets de Claude Meunier des dix dernières années.

Avant le film Aline: « Avertissement, ce film pourrait contenir Jean Bobin et une représentation grotesque de Charlemagne. »

Avant tous les films avec Guy A Lepage: « Avertissement: pourrait contenir du jeu qui n’a pas été approuvé par Danielle Fichaud ».

Mais ça ils le disent pas hein quand le film contient du Guy A. C’est comme l’avertissement que le café McDo est chaud, mais on ne dit rien sur le reste du menu.

Mon Big Mac… il est pas chaud lui? Je veux le savoir aussi. Mon McFlurry, il est-tu froid ? Ma surprise? EST OÙ MA SURPRISE ?

Mais en attendant que les avertissements soient plus clairs, vous devriez présumer que tous les films ont quelque chose qui pourrait nous rendre mal à l’aise. Dès que vous voyez un film tourné avant 2010, dites-vous: attention, ce film peut contenir des cons. Parce que dans le temps, les gens étaient cons.

Aujourd’hui aussi on est cons. Chacun de nous est un con du futur.

Et là je ne dis pas qu’il faut interdire ces films-là. Au contraire, ils décrivent des situations et des mentalités qui ont existé. Ça fait partie de l’histoire. Faut s’en souvenir pour ne pas refaire les erreurs du passé.

Comme quand j’ai sorti ma lèchefrite brûlante à main nue comme un maudit cave…

Ouille ouille ouille.

La cicatrice en forme du logo de Ricardo que j’ai d’étampée dans la main va me rappeler de ne pas la refaire, cette erreur-là.

Donc ne pas les interdire, mais juste dire au début que ça pourrait faire mal à du monde, ça ne coûte pas grand-chose.

Et si les snowflakes du politiquement incorrect ne sont pas contents, on les avertira.

Avertissement, ce film sera précédé d’un avertissement.

Add comment

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Quitter la version mobile