Coquelicot et jour du souvenir: l’hypocrisie en feutrine

Avez-vous remarqué ça, vous aussi? On dirait que l’automne, c’est la saison de toutes les causes.

Portez un ruban rose!

Portez un noeud papillon!

Portez une moustache!

Une moustache, tabarnache. Ça va tu sauver des vies de porter des moustaches pour nous sensibiliser au dépistage d’un cancer qui nous aurait tués à 132 ans?

Encore le lobby du doigt dans les fesses qui veut faire une passe de cash dans notre dos.Dans notre bas du dos, pour être plus précis

Mais y’a pire. Y’a la cause de la guerre dans le monde.

Et je ne parle pas de ceux qui chiâlent sans arrêt qu’il “fait don’ noir don’ ben de bonne heure” depuis une semaine. Eux autres j’aurais envie de leur déclarer la guerre pis de leur lâcher mes armes de destruction massive su’a tête.

R’venez-en! Ouvrez les lumières! Allume tes 100 watts! Attendez-vous que l’monde éclate, pour vous brancher?

Mais je ne parle même pas d’eux. Non.

Je parle du coquelicot. Du jour du Souvenir. De l’armistice de 1918.

C’est le soldat John McCrae qui a rendu populaire cette tradition avec son poème.

À vous jeunes désabusés
À vous de porter l’oriflamme
Et de garder au fond de l’âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d’honneur

Ben y’est temps qu’ils fanent les coquelicots! J’en peux plus de les voir partout.

Honnêtement, le jour du Souvenir, ça m’aide surtout à me souvenir de l’hypocrisie de nos politiciens et de nos personnalités médiatiques, qui chaque année s’accrochent une fleur en plastique sur le veston pour faire un spectacle de leur vertu.

“Oh regardez comme nous sommes reconnaissants envers ceux qui ont combattu pour nos libertés”

Mon. Oeil.

Tout le monde le porte… parce que tout le monde le porte. Comme quand ils ont déclaré gagnante une mairesse pour faire comme les autres.

Belle gang de moutons.

Sont tous là à se regarder: bon, Radio-Canada va sortir ses coquelicots, vite, faudrait le faire avant eux. Bon, TVA a sorti ses coquelicots, vite on va le faire nous aussi. Pis les nouvelles de Noovo, eux, ils font quoi?

Je le sais-tu moi? Personne regarde ça!

Un des seuls qui a le coquelicot à coeur pour vrai, c’est Don Cherry. Vous appuyez ce gars-là? C’est votre ami? Don Cherry.

“Ah je l’avais oublié lui”

Justement. Je parie qu’un moment donné, ils vont encore sortir le coquelicot pour le jour du Souvenir, mais pu personne va se souvenir de c’qu’il y a à se souvenir. La guerre, le débarquement, le jour J, y sauront pas c’est quoi.

“Le jour J, c’est pas l’émission sur le déménagement de Julie Snyder, ça?”

Inculte. Ignare. Philistin!

D’ailleurs, le coquelicot, c’est surtout pour rendre hommage aux soldats de la Première Guerre mondiale.

Pis les soldats de la guerre italo-turque de 1911, on s’en sacre. La guerre des Boers? D’la marde. La guerre des clans? On oublie ça. Ben y’a 300 Québécois, Québécoises, qui s’en souviennent, eux.

On ne porte rien en leur honneur, eux. Même pas un p’tit macaron de Jean-François Baril ? Tout petit tout petit.

Anyway, il resterait plus rien pour souligner tout ça. Tous les symboles ont été pris. Coquelicot, ruban rose, bracelet jaune, carré rouge… les conspirationnistes ont ressorti l’étoile jaune pis les hipsters leurs maudites tuques oranges. L’industrie de la feutrine s’en met plein les poches.

Pensez-y tout de suite, ceux qui auront une nouvelle cause prochainement. Il reste l’ennéagone et le triangle scalène qui sont toujours disponibles.

“Oui, mais faut rendre hommage à nos soldats qui sont allés à la guerre par devoir”.

Oui! Exactement! 100% d’accord! Mais ça existe pu ben ben le sens du devoir. Nos personnalités seraient prêtes à faire n’importe quoi pour deux trois likes sur TikTok. Ils mettent un coquelicot par opportunisme, pas par devoir.

Des vraies guedailles.

C’est probablement tout du monde qui aurait fait accroire qu’ils avaient le pied bot pour pas aller au front. Ils seraient allés chigner aux ressources humaines: “j’peux pas aller combattre les fascistes, j’ai un ongle incarné”

Parce que je ne dis pas qu’il ne faut pas la faire, la guerre des fois. Pis faut s’en rappeler de ceux qui l’ont faite pour les bonnes raisons. Léo Major, notre Rambo à nous, qui a décimé un village complet pour le libérer des nazis. Y’a de quoi être fier.

Y’est chanceux par contre que les chocs post-traumatiques n’avaient pas encore été inventés à c’t’époque-là. Maintenant, nos soldats reviennent traumatisés, pis on les sacre aux vidanges.

Comme les coquelicots à la mi-novembre. Pouf, direct aux poubelles.

Pis après ça se ramasse dans le fleuve, pis y’a un bébé béluga qui s’étouffe avec. Vous avez du sang de bébé béluga sur les mains!

Le soldat inconnu se retournerait dans sa tombe de savoir ça.

Justement, le coquelicot rouge sang est associé aux armées parce qu’ils poussent dans les fosses communes laissées par les batailles. Ce sont les vautours du monde végétal! Ça pousse comme de la mauvaise herbe, ces fleurs-là. En fait, c’est de la mauvaise herbe selon Wikipédia.

Pis nous on met ça sur nos vêtements.

Les épais.

Mettriez-vous un pissenlit sur votre beau veston Armani?

Ben non.

Pourtant, les pissenlits qui envahissent nos gazons, ça serait plus représentatif de notre monde moderne. Parce que nos plus grands idéaux asteure, c’est d’avoir une plus belle pelouse que notre voisin. M’a vous dire que si vous deviez aller combattre pour nos libertés aujourd’hui, vous iriez pas loin avec vos coupe-bordures pis vaut sécateur.

Pis c’est pas fini là.

Bientôt, les coquelicots vont céder leur place à la guignolée. Le tintamarre des bonnes consciences! Quand les membres de catégorie B de l’UDA qui veulent être vus au Téléjournal volent les spots des squeegees. C’est donc fin!

J’en peux pu de vos causes à la mord moi l’noeud papillon.

La guerre, la guerre, c’est pas une raison pour se faire prendre pour des caves.

Laisser un commentaire