brûlot

Couvre-feu: un apartheid canin

Je n’en reviens pas. Du couvre-feu.

C’est correct le couvre-feu. Qu’est-ce que vous vouliez que je fasse anyway? Que j’aille au Fuzzy à Laval? C’est fermé depuis huit ans, le Fuzzy! Arrivez en ville!

Le scandale n’est pas là. Le scandale, c’est ceux qui sont exemptés du couvre-feu. Il y a une partie de la population qui peut encore sortir après 20h, même s’ils ne travaillent pas dans un secteur prioritaire.

Est-ce que ce sont les asthmatiques? Non.

Les somnambules? Non.

Les gens qui souffrent d’agoraphobie nocturne chronique? Nenon.

Non, ce sont les propriétaires de chien. Vous êtes un citoyen exemplaire qui paye des taxes? Vous n’avez pas le droit de sortir. Vous possédez un pitbull qui TUE DU MONDE: pas de problème, la voie est libre!

On est en train de créer deux classes de citoyens: ceux qui possèdent un chien, et ceux qui ne possèdent pas de chien. Moi je suis pogné dans ma maison, parce que je n’en veux pas, de bichon maltais.

Je suis déjà inféodé à trop de choses comme le capitalisme sauvage, la tyrannie du rire ou le P”tit crêmeux, ce délicieux Cheez Whiz fait au Saguenay dont je ne peux plus me passer. Je ne veux pas en plus être l’esclave d’un animal de compagnie qui me force à sortir trois fois par jour, beau temps mauvais temps, et à ramasser ses crottes chaudes à mains nues!

Mes enfants ne peuvent pas sortir dehors après avoir passé la journée devant leur iPad, mais votre chihuahua oui. Votre chihuahua oui.

Il peut aller jusqu’à 1 km. Ça l’air petit, mais 1 kilomètre, c’est quand même 100 000 centimètres.

100 000!

Rien de trop beau pour votre caniche royal!

Le puissant lobby du poodle exerce tellement d’influence que pendant que mes petits coeurs après neuf heures ne peuvent pas sortir après huit heures, la caravane passe et les chiens aboient.

Sont pas capable d’aller sur la bolle comme tout le monde, vos toutous? Même un chat qui a le cerveau de la taille d’un pois chiche est capable de comprendre le concept de la litière. Mais pas votre schnauzer.

Tout ça, ça crée un apartheid.

Je l’ai dit.

Le chien est un facteur de division. Et c’est insidieux. Parce que bientôt, on aura d’un côté, ceux qui ont profité du plein air pour le faire, le plein air, avec leur Shih Tzu. Et de l’autre côté nous, les gens raisonnables, les libres penseurs qui ont décidé de ne pas devenir la baudruche d’un despote à quatre pattes, nous serons essoufflés, blêmes, morts en dedans. Des chiens galeux.

Les autres, en pleine forme, vont sortir de la pandémie aérés, revigorés, plein d’énergie, comme une Jacinthe Renée après s’être shooté de la vitamine D dans les yeux.

Ils vont tenir le Québec en laisse.

La vie ne sera plus jamais la même. Parce qu’un propriétaire de chien est un dictateur en puissance. Ça aime donner des ordres: assis, couché, arrête de manger ton caca, liche-toi pas l’pénis. Un chien, c’est ce qu’il reste à ceux qui ont perdu le contrôle de leur vie pour se vider le power trip.

Vous savez qui avait un chien? Hitler.

C’est ça un propriétaire de chien. Cruel, violent avec une petite moustache carrée. Vous voulez que ce soit du monde de même qui nous gouverne?

Êtes-vous fou?

Ben c’est ça qui va arriver avec ces chiens de Troie.

À part le Vagabond, je n’en connais pas un chien qui valait la peine d’être vécu. Et parlant de vagabond, les sans-abris? Y’ont pas le droit d’être dehors, mais les chiens oui? Ça vous donne-tu une idée de l’importance qu’on accorde aux plus démunis dans notre société. Y vont aller où après 20h? Ça le dit dans le nom, ILS N’ONT PAS D’ABRIS!

Et pourquoi juste les chiens en passant? Ils sont meilleurs que les autres animaux? Pourquoi pas les poissons rouges, les poneys ou les cochons miniatures? Avez-vous lu Animal Farm de George Orwell? Moi oui, mais je ne m’en rappelle pu.

“Ah mais les cochons miniatures, c’est pas pareil, c’est moins beau que Merguez, mon chien soucisse”. Je vous annonce que non, madame. Si c’était beau un chien soucisse, y’auraient appelé ça un chien Brad Pitt.

Mais ce qu’il y a de pire avec cette directive de la santé publique, c’est ce qu’elle nous fait faire. Avez-vous vu ça? Avez-vous vu ça? La madame à Sherbrooke qui tenait son mari en laisse pour défier le couvre-feu? C’est ça que ça fait, cette directive inique. Ça fait que les gens s’aplaventrissent dans les rues.

Y’en ont même parlé à la BBC!

“Husband on leash breached Quebec’s Covid curfew”

À la BBC.

Une honte pour l’humanité.

Vous savez, au Moyen-âge, les animaux pouvaient être cités à procès. Pas juste les cochons qui ont les mains baladeuses comme asteure.

Non, un mouton, une vache, un taureau.

Un taureau!

Et des chiens aussi.

Et il est peut-être temps qu’on fasse le procès du meilleur ami de l’homme, parce que le meilleur ami de l’homme est sur le point de devenir le pire ennemi de l’humanité. Il est temps que cesse cette discrimination systémique envers les propriétaires de pas de chien, sacrebleu.

1 comment

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.