brûlot

La poutine congelée: le Rubicon de notre terroir

Je monte aujourd’hui sur mes grands chameaux pour dénoncer un mal sournois qui menace les fondations de la société québécoise: le racisme systémique? Le complotisme? L’islamisme radical?

Non! Bien pire. La poutine congelée.

Olivier Primeau, celui que le Journal de Montréal a qualifié de « roi des réseaux sociaux au Québec », a fait les manchettes non seulement pour sa nouvelle chaîne de restaurants intitulée Slice gang pizza, mais pour le nom de sa nouvelle offre de poutine congelée, la Poutine Time.

Une Pouteen.

Et que l’on se soit insurgé davantage du nom anglophone du produit que du concept de la poutine congelée est un signe indéniable de la décadence du Québec moderne.

Nous avons franchi un point de non-retour. Le Rubicon de notre terroir en péril. Notre Rubicon du terroir étant probablement la rivière Yamaska, en passant.

Comment pouvons-nous accepter comme peuple que nos traditions soient bafouées, réduites à quelques frites ondulées accompagnées de fromage déshydraté dans une sauce bas de gamme, le tout dans un bucket en plastique qui ira s’échouer dans le ventre d’un rorqual bleu en manque de planctons?

Ça suffit, l’aplaventrisme! Quand il est question de poutine, il n’y a plus de ventre plat qui tient!

Oui, j’ai bien dit frites ondulées. Ce que les cuisinomanes comme moi appelons la Kathleen de la patate. Une abomination issue d’un passé révolu. La grande noirceur des cucurbitacées.

Et que dire du fromage. Peut-on encore appeler ça du fromage quand le squik squik est devenu crunch crunch?

Ça va être quoi la prochaine étape? Une salade de choux congelée? Des toasts au beurre de pinottes congelées? Un verre d’eau congelé, tant qu’à y être?

On entre dans une nouvelle ère de glace. Comme le film avec l’écureuil qui mange des glands en attendant la fin du monde. Où en sommes-nous pour trouver qu’un popsicle de poutine, « ben quand tu es mal pris, ça peut dépanner ».

Eille l’épais, si tu cherches absolument une raison pour enfin utiliser le p’tit bouton defrost sur ton micro-ondes, essaye donc de mettre ta tête dedans, ton micro-ondes.

100 000 poutines congelées se sont écoulées chez Costco en quelques jours. 100 000.

Pendant ce temps-là, Christian Bégin qui nous proposait de bons petits plats du terroir sous vide a frôlé la faillite en plus de vivre une très difficile andropause.

Et avez-vous pensé aux paradis fiscaux dans tout ça?

Moi non plus. J’étais trop occupé à être en colère de voir que la poutine congelée s’est vendue à 100 000 exemplaires. Ne changez pas de sujet!

100 000 personnes qui se sont dit: non, moi j’abandonne. Satisfaire mes papilles gustatives demande trop d’effort. Je préfère me concentrer à aller me prononcer sur Facebook au sujet du couple de lesbienne bienne bienne dans Occupation Double.

J’en peux plus des gens qui abdiquent. Des gens qui se disent. « Bon, elle a un petit goût de congélateur, mais au moins, je n’ai pas eu besoin de couper trois patates en petit bâtonnet et de les faire cuire. Fiou ».

Ben pendant que vous avez la bouche pleine de patates devenues pâteuses du congélateur, on nous entube! Je ne pense pas que l’inventeur du congélateur, Jacob Perkins, avait cette vision du futur lorsqu’il a mis au point son invention révolutionnaire en 1834. Il pensait faire le bien.

Pendant des générations, le congélateur aura permis des avancées sociales importantes, contribuant entre autres à conserver nos bananes en se faisant accroire qu’un jour on allait faire un pain aux bananes. Jusqu’à ce que la poutine congelée fasse son apparition.

Jacob Perkins doit se retourner dans sa tombe. Un peu comme Einstein qui regrettait que ses découvertes aient contribué à la production des premières bombes atomiques.

La Pouteen Time est une bombe à retardement.

Tic tac, tic tac.

Et pas de danger que l’on s’inspire de ce qu’ils font ailleurs.

La Suède.

Ils l’ont l’affaire en Suède.

Je suis allé voir les derniers chiffres.

Nombre de poutines congelées vendues en Suède en 2019? ZÉRO. Et ça, c’est le pays où les gens sont parmi les plus heureux au monde.

Mais ça nos grands médias n’en parlent pas, évidemment.

Qu’est-ce que ça dit sur notre monde si nous sommes prêts à sacrifier notre plaisir de manger, notre patrimoine culinaire et notre santé pour pouvoir gagner du temps. Temps que nous utiliserons à regarder une émission de cuisine sur Netflix? Ça dit qu’on est dans la sauce à poutine cheap jusqu’au cou.

Victor Lévy Beaulieu a dit: ”L’apocalypse est au commencement de soi puisque la fin précède toute naissance.” Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais je suis pas mal sûr que c’est de la poutine congelée qu’il avait en tête quand il a dit ça.

Add comment

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.